Vous êtes ici

Actualités

Hausse de la CFE : est-ce que la gauche aurait osé ?


Imprimer Envoyer par mail Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Puisque nous sommes déjà dans le calendrier électoral qui impose son rythme et fige toutes les initiatives politiques, alors allons-y franchement avec cette question un brin provocatrice. Est-ce que la gauche aurait osé augmenter la cotisation foncière des entreprises de + de 500% comme l’a fait la majorité de droite de la métropole Perpignan Pyrénées Méditerranée ?

Aborder ce sujet sous l’angle politique, c’est renvoyer dos à dos celles et ceux qui passent leur temps à nous expliquer que tous nos malheurs viennent du camp d’en face… La gauche a causé ce qu’un de ses ministres avait qualifié de « ras-le-bol fiscal » avec des hausses d’impôts sur le revenu pour les classes moyennes. Voilà le deuxième effet kiss cool dispensé localement par la majorité de droite avec des hausses inconsidérées de CFE.

En faisant ce constat, qui n’a rien de partisan, on entend déjà les deux camps se rassembler pour nous faire le reproche habituel : en disant ça vous faites le jeu du Front National… Alors que la remise en question devrait les obliger à accepter que ce ne sont pas nos analyses mais bien leurs actions qui font monter la colère, et le vote qui va avec.

Si l’on revient sur la CFE, tout est fait à l’envers.

Sur la méthode d’abord, on ne peut que regretter d’être mis devant le fait accompli alors qu’une information en amont aurait été nécessaire. Nous avions manifesté en 2013 contre les augmentations de CFE (déjà !) et l’augmentation de la taxe transport. Le Président d’alors (M. Alduy) avait reconnu qu’il devait davantage impliquer les représentants des entreprises quand ces décisions se prenaient. Manifestement nous en sommes toujours au même point.

Sur le calcul ensuite, on est face à un bel exercice d’hypocrisie politique. Le Président de PPM met en avant « l’égalité fiscale »… Comment être contre l’égalité !

Alors parlons-en et pour cela entrons un peu dans le détail : jusqu’à l’an dernier il y avait deux tranches d’imposition : si vous faisiez moins de 10 000€ de chiffre d’affaires (autrement dit si vous étiez une entreprise fantoche), vous deviez vous acquitter de 500€ de CFE. Et au-delà de ce seuil vous passiez à 878€. On vous fait grâce des abattements et autres variations. Pour rétablir l’égalité PPM avait trois possibilités :

  • soit baisser la CFE pour toutes les entreprises qui font plus de 10 000€ de CA (les vraies entreprises) et ainsi baisser la pression fiscale, mais cela faisait baisser ses ressources…
  • soit fonctionner à enveloppe constante et recalculer pour toutes les tranches un ajustement progressif
  • soit augmenter ses recettes en matraquant les vraies entreprises, au nom de l’égalité avec les entreprises bidons.

C’est cette dernière option qui a été retenue, comme d’habitude. Les discours sur l’efficacité des dépenses publiques ont donc vécu et comme toujours quand il s’agit de financer son train de vie, on saigne les entreprises. Précisons tout de même que pour l’heure ce sont les entreprises du territoire de la Métropole Perpignan Pyrénées Méditerranée qui semblent les seules concernées. Alors n’hésitez pas à faire pression sur votre maire car les élus ne doivent pas se défiler devant leurs responsabilités : cette augmentation, ils l’ont voté ! Nous avons écrit à M. Pujol en lui demandant de nous recevoir et de revoir totalement sa copie. Pour l’heure il a répondu à la presse. L’UPA et la CAPEB semblent un peu seuls dans ce combat pourtant essentiel pour nos entreprises. Si rien n’était fait dans les prochains jours nous risquons de vous inviter à visiter les locaux de PPM qui sont un peu les vôtres. Pour célébrer l’égalité fiscale bien entendu !